Jan 20

M.A.S. la suite…

Monsieur le directeur,

FORCE OUVRIERE n’a cessé de crier à l’envi les difficultés qui s’accumulent depuis nombre de mois au service « M.A.S. »

 

 

 

Je suis intervenu au Conseil de Surveillance pour réveiller les consciences de certains gouvernants anesthésiés.

Je me permets de mettre en cause un management outrancier dont les rigueurs de l’esprit se concilient aisément avec une pratique incertaine.

Les ordres décrétés ne sont que des ersatz fécondés par des excès de pouvoir, l’ordre devrait à mon sens s’émanciper par la responsabilité accordée à la liberté et en la matière ne plus s’inscrire dans cet abus de pouvoir qui transpire désormais dans cette unité de soins.

Je n’hésite pas à déclarer que les ordres qui se déclinent régulièrement à la M.A.S. ne sont que la richesse

d’ esprits arides alors que temps et patience sont le secret de faire et de faire correctement.

Je vais vous présenter par le menu la liste non exhaustive des maux dont souffrent les agents de la M.A.S.

– Il est parfaitement inadmissible d’humilier les agents en public si ce n’est la nécessité d’avoir ce public pour exacerber l’humiliation,

– il est inadmissible de considérer le rappel des agents à temps partiel comme parfaitement légitime,

– il est inadmissible de demander le numéro de téléphone aux agents sous la contrainte psychologique,

– il est inadmissible de demander des doublements de poste, confer ce week-end,

– il est inadmissible de proférer des menaces à l’endroit des contractuelles (Je m’en souviendrai) dont l’épuisement professionnel patent les amène à désormais refuser leur planning hétéroclite,

– il est inadmissible de programmer le travail des agents en prenant comme base, des doublements de poste,

– il est inadmissible de programmer les R.T.T. sans l’accord des agents,

– il est inadmissible d’obliger les agents en grève, dont l’ensemble est au minimum de grève, d’assurer des consultations sans gravité à l’U.M.P.S et par là-même se voir à 8 dans le service. En la circonstance, il faut toujours espérer qu’il n’y ait pas un événement indésirable,

– il est inadmissible de proférer des appréciations désobligeantes à l’endroit de certains agents,

La protection fonctionnelle est prévue à l’article 11 de la loi N° 83-634 DU 13 juillet 1983. La circulaire du 5 mai 2008 est venue renforcer les obligations de l’administration.

René CHAPUS prohibait déjà en 2001 dans le cadre du droit administratif général avant la loi n°2002-73 du 17 janvier 2002  » les appréciations désobligeantes ou humiliantes portées sur un fonctionnaire par un de ses collègues ou administrés ainsi que l’appel à manifester contre lui ».

la protection fonctionnelle a vu son régime largement ouvert par la jurisprudence.

FORCE OUVRIERE vous demande donc de faire le nécessaire, sans heurt, de manière heuristique, afin que la sérénité s’installe de nouveau dans cette unité.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le directeur, l’expression de mes salutations distinguées.

Monsieur ÉRIC PRÉVOT
Infirmier de secteur psychiatrique
Secrétaire Général du Syndicat FO-CPN SANTE
Membre du Conseil de Surveillance du CPN de LAXOU

Monsieur le directeur,